En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal Université Paris-Saclay UVSQ Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort SAPS Institut Carnot France Futur Elevage BREED

Biologie de la Reproduction, Environnement, Epigénétique, et Développement

Biologie du Développement & Reproduction

Comment l’analyse du génome pourrait changer la prise en charge des patients avec azoospermie

Comment l’analyse du génome pourrait changer la prise en charge des patients avec azoospermie

L’azoospermie constitue la forme extrême d’infertilité masculine en raison de l’absence de spermatozoïdes dans l’éjaculat. Afin de répondre au désir de parentalité des couples, il est nécessaire d’avoir recours à une biopsie testiculaire pour retrouver des spermatozoïdes utilisables dans un second temps lors d’une fécondation in vitro avec micro-injection intra cytoplasmique ou ICSI. Or, ce geste chirurgical est invasif avec un potentiel effet délétère à long terme suite à un déficit en testostérone. Si les chances de retrouver des spermatozoïdes sont élevées et proches de 95% en cas d’anomalie des voies déférentielles, celles-ci sont dramatiquement diminuées, autour de 40% si le défaut est testiculaire. Or, il n’existe pas aujourd’hui de critères cliniques et/ou biologique permettant d’évaluer les chances de retrouver des spermatozoïdes dans cette dernière situation.

Une étude parue dans Human Reproduction a évalué la pertinence de l’analyse de la séquence exonique (Whole Exome Sequencing : WES) chez des patients pour lesquelles une première biopsie testiculaire a été réalisée et a montré un blocage homogène de la maturation spermatique durant la prophase I de la méiose. Les chercheurs de l’unité Biologie de la Reproduction, Environnement,  Epigénétique, et Développement - BREED (INRAE/UVSQ/École Nationale Vétérinaire d’Alfort/UPSaclay, Jouy-en-Josas) et du Département de Génétique, Laboratoire de Biologie Médicale du CHI de Poissy/Saint-Germain-en-Laye (UVSQ/UPSaclay, Poissy) ont démontré, après validation par immunohistochimie, que cette approche était plus pertinente que l’approche de séquençage ciblé (Target Sequencing : TS) avec, chez plus de 50% des patients et 100% des patients consanguins, une cause génétique identifiée expliquant le phénotype testiculaire. De plus, ces résultats préliminaires ont montré que cette analyse permettrait de donner des arguments afin de ne pas réaliser une 2ème biopsie testiculaire chez ces patients, voir en 1ère intention chez des patients consanguins, et ceci malgré les problèmes d’interprétation et découvertes dites fortuites générées par cette analyse.

Légende Figure : Résultats de l'analyse immunohistochimique de la protéine MEI1 dans les tubules séminifères testiculaires d’un témoin (A) et d’un patient porteur (A’) à l’état homozygote d’un variant pathogène du gène C11ORF80.

Contact :francois.vialard@uvsq.fr

Lien origine :https://www.scoop.it/topic/life-sci-news-upsaclay/p/4131706837/2022/04/19/comment-l-analyse-du-genome-pourrait-changer-la-prise-en-charge-des-patients-avec-azoospermie