Know more

Our use of cookies

Cookies are a set of data stored on a user’s device when the user browses a web site. The data is in a file containing an ID number, the name of the server which deposited it and, in some cases, an expiry date. We use cookies to record information about your visit, language of preference, and other parameters on the site in order to optimise your next visit and make the site even more useful to you.

To improve your experience, we use cookies to store certain browsing information and provide secure navigation, and to collect statistics with a view to improve the site’s features. For a complete list of the cookies we use, download “Ghostery”, a free plug-in for browsers which can detect, and, in some cases, block cookies.

Ghostery is available here for free: https://www.ghostery.com/fr/products/

You can also visit the CNIL web site for instructions on how to configure your browser to manage cookie storage on your device.

In the case of third-party advertising cookies, you can also visit the following site: http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, offered by digital advertising professionals within the European Digital Advertising Alliance (EDAA). From the site, you can deny or accept the cookies used by advertising professionals who are members.

It is also possible to block certain third-party cookies directly via publishers:

Cookie type

Means of blocking

Analytical and performance cookies

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Targeted advertising cookies

DoubleClick
Mediarithmics

The following types of cookies may be used on our websites:

Mandatory cookies

Functional cookies

Social media and advertising cookies

These cookies are needed to ensure the proper functioning of the site and cannot be disabled. They help ensure a secure connection and the basic availability of our website.

These cookies allow us to analyse site use in order to measure and optimise performance. They allow us to store your sign-in information and display the different components of our website in a more coherent way.

These cookies are used by advertising agencies such as Google and by social media sites such as LinkedIn and Facebook. Among other things, they allow pages to be shared on social media, the posting of comments, and the publication (on our site or elsewhere) of ads that reflect your centres of interest.

Our EZPublish content management system (CMS) uses CAS and PHP session cookies and the New Relic cookie for monitoring purposes (IP, response times).

These cookies are deleted at the end of the browsing session (when you log off or close your browser window)

Our EZPublish content management system (CMS) uses the XiTi cookie to measure traffic. Our service provider is AT Internet. This company stores data (IPs, date and time of access, length of the visit and pages viewed) for six months.

Our EZPublish content management system (CMS) does not use this type of cookie.

For more information about the cookies we use, contact INRA’s Data Protection Officer by email at cil-dpo@inra.fr or by post at:

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan CEDEX - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal University of Paris-Saclay UVSQ Ecole Nationale Vétérinaire d'Alfort SAPS Institut Carnot France Futur Elevage Biologie de la Reproduction, Environnement, Epigénétique et Développement

Biology of Reproduction, Environment, Epigenetics and Development

Zone de texte éditable et éditée et rééditée

L’inactivation du gène de l’aromatase chez le lapin démontre le rôle fondamental des œstrogènes dans l’établissement du stock de cellules germinales dans l’ovaire fœtal

L’inactivation du gène de l’aromatase chez le lapin

On sait depuis longtemps que les œstrogènes produits par l’ovaire à partir de la puberté jouent un rôle majeur dans la différenciation du sexe et le fonctionnement de l’ovaire chez les mammifères. On connait beaucoup moins bien le rôle de la production précoce d’œstrogènes qui est observée dans l’ovaire fœtal chez de nombreuses espèces (dont l’humain ou le lapin) mais pas toutes (la souris par exemple). Des travaux anciens avaient émis l’hypothèse que ces œstrogènes pourraient agir sur la différenciation de l’ovaire dès le stade fœtal, mais aucune démonstration n’avait pu être apportée faute de modèle animal adéquat, la souris n’étant pas un modèle pertinent pour cette étude.

Grâce à la technologie de « genome editing » très efficace chez le lapin, les chercheurs de l’unité Biologie de la Reproduction, Environnement, Epigénétique, et Développement- BREED (SAPS, INRAe/UPSaclay, Jouy-en-Josas) ont généré une lignée de lapins dépourvus de toute synthèse d’œstrogènes suite à l’introduction d’une mutation STOP dans le gène CYP19A1 codant pour l’aromatase, l’enzyme de synthèse des œstrogènes. L’étude décrit le phénotype des gonades femelles au cours de leur différenciation, depuis le stade « gonade indifférenciée » chez le fœtus jusque chez l’adulte. Ainsi, même en absence totale de production d’œstrogènes, la gonade fœtale de la petite femelle se différencie en un ovaire. Mais cet ovaire ne se différencie pas normalement : en effet, on assiste à une réduction massive et définitive du stock de cellules germinales (réserve ovarienne).

Ces travaux publiés dans Endocrinology apportent la première démonstration du rôle indispensable des œstrogènes pour constituer cette réserve ovarienne. De plus, ils soulignent l’importance des régulations autocrines au sein de la gonade fœtale, suggérant que l’exposition in utero à des molécules anti-œstrogéniques (perturbateurs endocriniens ou autres facteurs environnementaux) pourrait altérer la fertilité de l’individu à naître, en réduisant définitivement sa capacité de production ovocytaire.

Légende Figure : En absence d’œstradiol dans les gonades fœtales chez les petites lapines KO on constate une baisse de l’activité de mitose de toutes les cellules de la gonade (caractérisée ici par la diminution de l’épaisseur de l’épithélium de surface, marquage par KI67). Dès lors, la gonade KO est plus petite. Après la puberté, l’aromatase est détectée dans les cellules de la granulosa de quelques grands follicules à antrum (coloration brune). Chez les lapines KO, aucun marquage n’est observé. Les ovaires sont plus petits, présentent quelques follicules à antrum mais la « réserve folliculaire » est inexistante comme on peut le voir sur l’image en zoom : pas de petits follicules capables d’entrer en croissance pour renouveler le stock de follicules à antrum mais des « vésicules » vides, traces de dégénérescence de ces follicules.

Contact : genevieve.jolivet@inrae.fr ou eric.pailhoux@inrae.fr

Source : Scoop.it

https://doi.org/10.1210/endocr/bqab210