En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal AgroParisTech Université Paris-Saclay SAPS - Sciences Animales Paris-Saclay

Genetique Animale et Biologie Integrative

Unité Mixte de Recherche INRA AgroParisTech GABI Génétique Animale et Biologie Intégrative

Microplastiques dans les océans : leur ingestion chronique perturbe la croissance et la reproduction des poissons

@PixaHive
INRAE, l’Ifremer, et les universités de Bordeaux et d'Orebrö (Suède) ont étudié la toxicité chronique des microplastiques sur les fonctions biologiques essentielles des poissons. Deux espèces de poissons, l’une marine et l’autre d’eau douce, ont été exposées à différents types de microplastiques, seuls ou enrobés de polluants organiques, pendant 4 mois. Publiés dans la revue Journal of Hazardous Materials du 5 août 2021, les résultats mettent en évidence des défauts de croissance et de reproduction lors d’une exposition à long terme. L'intensité des effets observés varie par ailleurs en fonction de plusieurs variables : type de microparticule, présence ou non de polluants organiques, durée d'exposition.

Les chercheurs ont étudié les effets physiologiques d’une ingestion chronique de microplastiques de polyéthylène (PE) et de polychlorure de vinyle (PVC), les matériaux les plus répandus pour la fabrication d’emballages et d’objets en plastique, seuls ou enrobés de polluants organiques1. L’étude a été menée pendant 4 mois sur deux espèces de poissons : l'une marine, le medaka marin (Oryzias melastigma), et l'autre d'eau douce, le poisson zèbre (Danio rerio).

Plastiques et polluants : un problème de taille... mais pas que

La quantité de débris plastiques dans les océans, notamment des microplastiques, est en augmentation constante. En raison de l’importante diversité des sources de microplastiques et de leur persistance dans l'environnement aquatique, une grande variété de microplastiques est aujourd’hui présente dans tous les écosystèmes marins, et donc dans la chaine trophique2.
Les microplastiques peuvent varier en taille (1 µm à 5 mm), en composition chimique, et dans la nature des polluants et des microorganismes qui les enrobent. Ils adsorbent les polluants organiques environnants, aussi bien à la surface de l'eau où l’on retrouve initialement les plastiques de faible densité comme le polyéthylène (PE), que dans les sédiments où l’on retrouve les plastiques de haute densité comme le polychlorure de vinyle (PVC).
Le perfluoré PFOS (l'acide Perfluorooctanesulfonique) utilisé comme retardateur de flamme dans les plastiques, la BP3 (la Benzophénone3) couramment utilisée comme filtre UV notamment dans des filtres solaires, et le BaP (Benzo[a]pyrène) contenu par exemple dans des dérivés pétroliers, sont des polluants organiques fréquemment détectés dans les systèmes aquatiques.

Perturbateurs de croissance et de reproduction

Une réduction de la croissance, plus précisément de taille et de poids du corps, a été observée chez les poissons exposés quels que soient l’espèce ou le type de microparticule. Ces effets sont bien plus importants au bout de 4 mois d’exposition qu’au bout de 2 mois, ce qui souligne l’importance de mener des études à long terme pour évaluer la toxicité des microplastiques. En outre, la réduction de la croissance (de 20 à 35 %) est principalement visible chez les femelles, probablement en raison de leurs besoins énergétiques plus élevés que ceux des mâles lors de la reproduction.
Des défauts de reproduction ont également été observés, allant jusqu'à 50 % de chute du taux de reproduction habituel. Ces perturbations varient selon les espèces et les types de microplastiques. Chez le poisson zèbre en eau douce, l’exposition combinée au PVC-BaP et au PVC-BP3 entraine un retard dans le déclenchement de la ponte, et l’exposition au PE-BP3 et à tous les PVC, vierges ou portant des polluants, conduit à une diminution du nombre de pontes. Chez le medaka marin, l'exposition à presque tous les microplastiques induit un retard dans le déclenchement de la ponte et une diminution du nombre d'œufs produits par femelle et par jour. Enfin, le PVC-BP3 entraine des troubles du comportement chez la progéniture au stade larvaire.
Ces résultats mettent en évidence des perturbations de croissance et de reproduction des poissons lors d’une exposition à long terme aux microplastiques, qui peuvent conduire à de graves dysfonctionnements écologiques. Ces effets ou leur intensité dépendent du type de microparticule (le PVC étant plus toxique que le PE), de la présence ou non de polluants organiques associés (la BP3 étant plus toxique que le PFOS ou le BaP), de la durée d'exposition, et de la sensibilité des espèces.
Il est désormais nécessaire d’étudier l'influence de la taille et de la composition chimique des microplastiques sur leur toxicité, ainsi que le rôle des additifs. Comprendre les mécanismes sous-jacents aux perturbations biologiques induites permettra d’évaluer dans quelle mesure ces effets peuvent être généralisés à tous les types de microplastiques, afin par exemple de prioriser le contrôle des émissions.
1 Les polluants organiques sont des composés chimiques renfermant au moins un atome de carbone lié, au moins, à un atome d'hydrogène. Les polluants type PFOS, BaP ou BP3 sont considérés comme potentiels perturbateurs endocriniens.
2  La chaine trophique désigne l’ensemble des relations alimentaires entre les éléments d’un écosystème.

Voir aussi

Référence
Bettie Cormier, Florane Le Bihanic, Mathieu Cabar, Jean-Claude Crebassa, Mélanie Blanc, Maria Larsson, Florian Dubocq, Leo Yeung, Christelle Clérandeau, Steffen H. Keiter, Jérôme Cachot, Marie-Laure Bégout, Xavier Cousin. Chronic feeding exposure to virgin and spiked microplastics disrupts essential biological functions in teleost fish. Journal of Hazardous Materials, 2021, 415, pp.125626. DOI: 10.1016/j.jhazmat.2021.125626
Contacts presse

  •     Service de presse INRAE :  presse@inrae.fr
  •     Service de presse Ifremer :  presse@ifremer.fr
  •     Service de presse université de Bordeaux : delphine.charles@u-bordeaux.fr et helene.katz@u-bordeaux.fr