En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal UVSQ

Virologie et Immunologie Moléculaires

Unité de Virologie et Immunologie Moléculaires

Etude de PB1-F2 chez la souris - souche Influenza A/WSN/1933 (H1N1)

Etude in vivo

Afin d’évaluer in vivo l’impact de PB1-F2 au cours d’une épreuve virale, nous avons comparé les effets d’un virus mutant incapable d’exprimer cette protéine (ΔF2), avec ceux provoqués par le virus sauvage sur des souris C57Bl/6. Les résultats de ce travail ont été publiés en 2011 dans la revue PLoS Pathogens : PLoS Pathog 7: e1002202.
Les mortalités générées par les deux virus ont révélé des différences de virulence, ainsi la LD50 du virus sauvage est de 1,5.105 PFU alors que celle du virus ΔF2 est de 3.105PFU. Ces différences se traduisent également par une morbidité nettement moins marquée lorsque les souris sont infectées à faible dose (5.104 PFU/souris) : 17% de perte de poids 3 jours post-infection pour les souris infectées par le virus sauvage contre seulement 6% pour les souris infectées par le mutant ΔF2. Les courbes de survie de souris infectées avec un inoculum de 2,5.105PFU permettent de clairement mettre en évidence les différences de virulence des deux virus.

Courbes de survies des souris infectées par le virus WSN "sauvage" ou dépourvu de PB1-F2

L’analyse transcriptomique des poumons issus des animaux infectés a permis de définir la contribution de PB1-F2 dans la pathologie associée au virus. Les résultats découlant de cette analyse permettent d’associer une fonction inflammatoire à PB1-F2. En effet, les souris infectées par le virus ΔF2 développent une inflammation modérée en comparaison des souris infectées par le virus exprimant PB1-F2. A l’aide d’outils ontologiques, nous avons pu identifier un réseau de gènes particulièrement sensible à l’expression de PB1-F2 au cours de l’infection. Les fonctions associées à ce groupe de gènes sont impliquées dans la réponse inflammatoire, la mort cellulaire et le recrutement de cellules immunitaires. Deux éléments centraux se détachent du réseau de gènes identifié : les éléments du complexe de transcription NF-kB et les interférons. Une fois activés, ces deux éléments vont induire les autres gènes du réseau, parmi lesquels se trouvent de nombreuses chimiokines, des cytokines pro-inflammatoires, des protéases de type cathepsine, et des gènes pro-apoptotiques.
Suite à cette analyse transcriptomique, nous avons cherché à confirmer les fonctions associées à PB1-F2. Pour cela nous avons comparé l’intensité de la réaction inflammatoire viro-induite par bioluminescence in vivo. Ceci a été réalisé en employant un vecteur adénovirus capable de transduire la construction NF-kB-luciférase au sein de poumons de souris Balb/c. La bioluminescence induite par le virus ΔF2 se trouve plus modérée dans les temps d’infection précoce, confirmant l’implication de PB1-F2 dans l’exacerbation de l’activation de NF-kB. Nous avons également réalisé des dosages de médiateurs pro-inflammatoires par dosage ELISA et par qRT-PCR. Ces analyses on confirmé une sécrétion moindre de cytokines pro-inflammatoires dans les lavages broncho-alvéolaires (LBA) de souris infectées par le virus ΔF2. A titre d’exemple la production de TNF-α s’élève à 530 ± 35 pg/ml de LBA lors de l’infection par le virus sauvage contre 329 ± 91 pg/ml pour les souris infectées par le virus ΔF2. Enfin, la quantification des leucocytes recrutés au niveau des voies aériennes respiratoires a révélé un recrutement plus grand de leucocytes, essentiellement les polynucléaires neutrophiles, au niveau des voies aériennes respiratoires des animaux infectés par le virus sauvage exprimant PB1-F2 (40% de différence entre les deux groupes d’animaux).
En conclusion, nos résultats suggèrent fortement l’implication de PB1-F2 dans l’inflammation aigue provoquée par les virus grippaux. L’expression de PB1-F2 exacerbe l’activation du facteur de transcription NF-kB qui va déclencher une plus grande production de médiateurs de l’inflammation et, en conséquence, un recrutement plus massif de leucocytes au sein des poumons.