En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal UVSQ

Virologie et Immunologie Moléculaires

Unité de Virologie et Immunologie Moléculaires

La détection précoce du prion dans le sang : une avancée dans la prévention des encéphalopathies spongiformes transmissibles

01 décembre 2014

La détection précoce du prion dans le sang
© INRA
Des chercheurs de l’INRA et leurs partenaires ont mis au point un test sanguin fiable, sensible, reproductible et spécifique du prion. Ces résultats de recherche publiés dans PLOS Pathogens constituent une avancée majeure dans le diagnostic précoce du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob et de sa prévention chez l’Homme.

Le variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob : une maladie à prion

Le variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob (v MCJ) est une maladie neurologique humaine qui touche majoritairement des jeunes sujets (âgés de moins de 30 ans). Identifiée pour la première fois en 1996, elle constitue une nouvelle forme d’encéphalopathie spongiforme transmissible (EST) ou maladie à prion chez l’Homme. Ces maladies affectent essentiellement le cerveau et la moelle épinière des individus touchés : la dégénérescence progressive du système nerveux central conduit au décès des malades, aucun traitement n’étant actuellement disponible pour les soigner.

Les EST se caractérisent par des périodes d’incubation asymptomatiques pouvant dépasser les 50 ans dans certaines formes acquises de la maladie. Les dernières estimations épidémiologiques indiquent qu’au Royaume-Uni une personne sur deux mille pourrait être en incubation du v MCJ. En France les experts s’accordent pour considérer que la fréquence des individus atteints est dix fois inférieure. Bien que ces personnes puissent ne jamais développer de maladie clinique, chacune d’entre elles représente un risque en matière de santé publique. En effet, il est maintenant clairement établi que le v MCJ peut être transmis entre individus par voie transfusionnelle.

Le prion, un agent protéique pathogène

Les EST sont associées à l’accumulation d’un agent protéique infectieux dans le système nerveux central : le prion (proteinaceous infectious only particle). En se multipliant et s’accumulant dans le tissu nerveux il induit des lésions vacuolaires conférant l’aspect d’une éponge au cerveau des individus malades. Cet agent pathogène est constitué d’une protéine naturellement présente chez l’hôte (protéine prion PrPC) qui en acquérant une conformation spatiale différente (protéine prion PrPSc) devient délétère pour l’organisme. Le contact de la protéine prion pathologique PrPSc avec des protéines normales PrPc induit une conversion de ces dernières en PrPSc. Ce mécanisme entraîne, de proche en proche, la propagation du processus pathologique.

À la recherche du prion

Les outils de diagnostic existants actuellement pour identifier les EST reposent sur des tests post-mortem effectués sur des prélèvements biologiques riches en matière infectieuse (cerveau, moelle épinière). Certaines méthodes analytiques sont basées sur l’étude de l’infectiosité des échantillons (par inoculation à des animaux), d’autres sur la présence de la protéine prion anormale PrPSc. C’est cette deuxième approche que les chercheurs de l’INRA et leurs partenaires ont exploité pour développer un test sanguin ante-mortem de dépistage du prion responsable du v MCJ.

Le test sanguin développé par les chercheurs

L’objectif des chercheurs était de développer et valider un outil diagnostic capable de détecter de très faibles niveaux de la protéine PrPSc dans le sang, afin de pouvoir identifier les individus en incubation de la maladie mais n’ayant pas encore développé de symptômes cliniques.

Pour ce faire ils ont exploité une technique d’amplification in vitro des prions baptisée PMCA (Protein Misfolding Cyclic Amplification). Cette technique consiste à soumettre l’échantillon à des cycles d’amplifications permettant d’augmenter les quantités de PrPSc initialement présentes afin de rendre cette protéine détectable par des techniques biochimiques classiques.

En adaptant et optimisant les conditions expérimentales au prion du v MCJ, les chercheurs sont d’abord parvenus à développer un test sanguin fiable, chez deux espèces modèles de la maladie (le mouton et le macaque). Dans ces modèles animaux, ils ont pu montrer la présence de l’agent pathogène dans le sang des individus infectés, plusieurs années avant le développement des symptômes cliniques de la maladie.

Les chercheurs ont ensuite validé le test chez l’Homme, à partir d’échantillons sanguins collectés sur des patients atteints du v MCJ. La reproductibilité et la spécificité de la méthode ont de même été établies à l’aide d’essais réalisés en aveugle dans plusieurs laboratoires indépendants, sur des panels d’échantillons positifs et négatifs.

Une avancée majeure dans la prévention du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob

Le test sanguin mis au point et validé par les chercheurs de l’INRA et leurs partenaires constitue un précieux outil de diagnostic. En ouvrant la voie à un dépistage préclinique des individus atteints du variant de la maladie de Creutzfeldt-Jakob, il devrait contribuer à réduire les risques de transmission de la maladie au cours de certains actes médicaux, comme la transfusion sanguine ou l’utilisation de produits thérapeutiques d’origine humaine.

Voir aussi

Lacroux C, Comoy E, Moudjou M, Perret-Liaudet A, Lugan S, Litaise C, Simmons H, Jas-Duval C, Lantier I, Béringue V, Groschup M, Fichet G, Costes P, Streichenberger N, Lantier F, Deslys JP, Vilette D, Andréoletti O: Preclinical detection of variant CJD and BSE prions in bloodPLoS Pathog. 2014. 10(6):e1004202

EN SAVOIR PLUS

La transmission des encéphalopathies spongiformes transmissibles

Les encéphalopathies spongiformes transmissibles (EST) peuvent toucher de nombreuses espèces : tremblante du mouton (ou scrapie) chez le mouton ; maladie de la vache folle (ou encéphalopathie spongiforme bovine - ESB-) chez les bovins ; maladies de Creutzfeldt-Jakob (MCJ) chez l’Homme.

Les EST sont transmissibles d’un individu à l’autre au sein d’une même espèce, et dans une certaine mesure d’une espèce à une autre. Les principales voies de transmission signalées sont l’ingestion de tissus/aliments infectés et l’utilisation d’instruments médicaux souillés ou de produits biologiques infectés. L’ESB serait ainsi apparue en 1985 avec l’introduction dans l’alimentation des bovins de farines animales élaborées à partir de carcasses infectées. Le premier cas du variant de la MCJ déclaré en 1996 a de même été associé à la consommation humaine de produits bovins infectés par l’ESB. Le variant de la MCJ est actuellement considéré comme une maladie rare en France, sa prévalence étant faible (27 décès depuis 1992 recensés au 30 septembre 2014).