En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal UVSQ

Virologie et Immunologie Moléculaires

Unité de Virologie et Immunologie Moléculaires

Une nouvelle méthode pour étudier in vivo le virus responsable de la bronchiolite

03 octobre 2014

Une nouvelle méthode pour étudier in vivo le virus responsable de la bronchiolite
© Inra, JF Eléouët
Des chercheurs de l’Inra, en collaboration avec l’AP-HP et l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, ont mis au point une nouvelle méthode pour étudier le virus principalement responsable des bronchiolites du jeune enfant et du veau. Il est désormais possible de visualiser in vivo la réplication du virus en temps réel chez des souris. Actuellement aucun traitement ni vaccin permettant de lutter contre cette infection n’existent pour l’homme. Cette avancée technologique, publiée le 3 octobre 2014 dans Nature Communications, facilitera les tests d’efficacité de vaccins et de traitements antiviraux.

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est le principal agent responsable de la bronchiolite chez le nourrisson (VRS humain) et de la pneumonie chez le veau (VRS bovin). A l’heure actuelle, il n’existe aucun vaccin chez l’homme, et ceux destinés aux bovins sont peu efficaces sur le terrain. Or, il s’agit d’une affection particulièrement contagieuse qui touche la quasi-totalité des enfants de moins de 2 ans et qui représente la première cause d’hospitalisation des enfants de moins de 6 mois. Dans les élevages bovins, ce virus est responsable de plus de 60% des maladies respiratoires observées dans les troupeaux laitiers et jusqu'à 70% dans les troupeaux allaitants (production de viande). Ces virus représentent ainsi un problème majeur de santé humaine et animale.

Des chercheurs de l’Inra avec une équipe de l’AP-HP et de l’université de Versailles-Saint-Quentin-en-Yvelines, ont développé une nouvelle méthode qui permet d’étudier sur plusieurs jours la multiplication du virus chez des souris vivantes. La première étape de leurs travaux a consisté à insérer un gène exprimant une protéine luminescente (luciférase) dans le génome du virus. Après avoir été infectées par le virus, les souris ont reçu par voie nasale de la luciférine. Cette substance réagit avec la luciférase en produisant une bioluminescence détectable grâce à une caméra ultra-sensible. Les chercheurs ont ainsi pu observer le développement de l’infection au niveau du nez et des poumons, l’intensité du signal bioluminescent indiquant le degré de multiplication du virus.

Dans un second temps, les scientifiques ont administré aux souris une molécule antivirale. L’élimination du virus s’est traduite par une diminution, puis une absence de signal lumineux au bout de quelques jours.

Bioluminescence détectée chez une souris infectée par le virus respiratoire syncytial

Bioluminescence détectée chez une souris infectée par le virus respiratoire syncytial
© Inra, JF Eléouët

L’évaluation des candidats vaccins ou antiviraux repose sur des modèles animaux, le modèle le plus utilisé étant la souris. Cependant, le VRS ne rend pas les souris « malades » et la mesure de la multiplication virale nécessite l’euthanasie de nombreux animaux et le recours à des techniques laborieuses et coûteuses. Cette nouvelle méthode représente une avancée importante pour étudier in vivo l’effet de molécules antivirales sur le virus respiratoire syncytial. Elle est relativement facile à mettre en place, ce qui contribuera à accélérer la recherche de solutions pour combattre ce virus.

Voir aussi

Marie-Anne Rameix-Welti, Ronan Le Goffic, Pierre-Louis Hervé , Julien Sourimant, Aude Rémot, Sabine Riffault, Qin Yu, Marie Galloux, Elyanne Gault, and Jean-François Eléouët. Visualizing the replication of respiratory syncytial virus in cells and in living mice. Nature Communications, 3 Octobre 2014. DOI: 10.1038/ncomms6104