En savoir plus

Notre utilisation de cookies

« Cookies » désigne un ensemble d’informations déposées dans le terminal de l’utilisateur lorsque celui-ci navigue sur un site web. Il s’agit d’un fichier contenant notamment un identifiant sous forme de numéro, le nom du serveur qui l’a déposé et éventuellement une date d’expiration. Grâce aux cookies, des informations sur votre visite, notamment votre langue de prédilection et d'autres paramètres, sont enregistrées sur le site web. Cela peut faciliter votre visite suivante sur ce site et renforcer l'utilité de ce dernier pour vous.

Afin d’améliorer votre expérience, nous utilisons des cookies pour conserver certaines informations de connexion et fournir une navigation sûre, collecter des statistiques en vue d’optimiser les fonctionnalités du site. Afin de voir précisément tous les cookies que nous utilisons, nous vous invitons à télécharger « Ghostery », une extension gratuite pour navigateurs permettant de les détecter et, dans certains cas, de les bloquer.

Ghostery est disponible gratuitement à cette adresse : https://www.ghostery.com/fr/products/

Vous pouvez également consulter le site de la CNIL afin d’apprendre à paramétrer votre navigateur pour contrôler les dépôts de cookies sur votre terminal.

S’agissant des cookies publicitaires déposés par des tiers, vous pouvez également vous connecter au site http://www.youronlinechoices.com/fr/controler-ses-cookies/, proposé par les professionnels de la publicité digitale regroupés au sein de l’association européenne EDAA (European Digital Advertising Alliance). Vous pourrez ainsi refuser ou accepter les cookies utilisés par les adhérents de l'EDAA.

Il est par ailleurs possible de s’opposer à certains cookies tiers directement auprès des éditeurs :

Catégorie de cookie

Moyens de désactivation

Cookies analytiques et de performance

Realytics
Google Analytics
Spoteffects
Optimizely

Cookies de ciblage ou publicitaires

DoubleClick
Mediarithmics

Les différents types de cookies pouvant être utilisés sur nos sites internet sont les suivants :

Cookies obligatoires

Cookies fonctionnels

Cookies sociaux et publicitaires

Ces cookies sont nécessaires au bon fonctionnement du site, ils ne peuvent pas être désactivés. Ils nous sont utiles pour vous fournir une connexion sécuritaire et assurer la disponibilité a minima de notre site internet.

Ces cookies nous permettent d’analyser l’utilisation du site afin de pouvoir en mesurer et en améliorer la performance. Ils nous permettent par exemple de conserver vos informations de connexion et d’afficher de façon plus cohérente les différents modules de notre site.

Ces cookies sont utilisés par des agences de publicité (par exemple Google) et par des réseaux sociaux (par exemple LinkedIn et Facebook) et autorisent notamment le partage des pages sur les réseaux sociaux, la publication de commentaires, la diffusion (sur notre site ou non) de publicités adaptées à vos centres d’intérêt.

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit des cookies sessions CAS et PHP et du cookie New Relic pour le monitoring (IP, délais de réponse).

Ces cookies sont supprimés à la fin de la session (déconnexion ou fermeture du navigateur)

Sur nos CMS EZPublish, il s’agit du cookie XiTi pour la mesure d’audience. La société AT Internet est notre sous-traitant et conserve les informations (IP, date et heure de connexion, durée de connexion, pages consultées) 6 mois.

Sur nos CMS EZPublish, il n’y a pas de cookie de ce type.

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de l’INRA par email à cil-dpo@inra.fr ou par courrier à :

INRA
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2018

Menu Logo Principal UVSQ

Virologie et Immunologie Moléculaires

Unité de Virologie et Immunologie Moléculaires

Comprendre le système immunitaire du porc pour mieux combattre les maladies respiratoires chez l’Homme

Porcelets
© Inra, Charlotte Deloizy
Le porc est à la fois un animal d’élevage et un modèle biomédical utilisé pour étudier différentes maladies humaines, notamment respiratoires. Pourtant, son système immunitaire pulmonaire est peu connu. Les chercheurs de l’unité Virologie et Immunologie Moléculaires ont identifié pour la première fois les cellules dendritiques et les macrophages du poumon de porc, deux piliers de la réponse immunitaire. Ces travaux sont publiés dans la thèse de Pauline Maisonnasse, soutenue le 24 février 2016.

Des cellules clé du système immunitaire respiratoire peu connues chez le porc

Le porc est à la fois un animal d’une grande importance agronomique et un modèle pertinent de l’Homme en recherche biomédicale, notamment pour étudier différentes maladies respiratoires. Pourtant, son système immunitaire pulmonaire reste peu connu.

Les chercheurs de l’unité Virologie et Immunologie Moléculaires se sont ainsi intéressés à des cellules clé du système immunitaire respiratoire, jusqu’à présent peu étudiées chez le porc : les cellules dendritiques et les macrophages. Les cellules dendritiques agissent en véritable sentinelles : elles sont capables de reconnaître un agent pathogène (virus, bactéries) et d’en présenter des fragments, ou « antigènes », aux lymphocytes. Cela permet alors la mise en place de la réponse immunitaire mémoire. Les macrophages, quant à eux, éliminent les débris cellulaires et les agents pathogènes. Ils ont également un rôle anti-inflammatoire dans les alvéoles du poumon.

Les cellules dendritiques et les macrophages isolés dans le poumon du porc

L’objectif des chercheurs était d’extraire ces cellules dans le poumon de porc, de les identifier et d’étudier leurs rôles lors d’infections respiratoires. Le but était également de comparer les cellules porcines à celles de la souris et de l’Homme, afin de comprendre quelles propriétés de ces cellules étaient spécifiques à chaque espèce, et lesquelles pouvaient être généralisées à tous les mammifères.

Les chercheurs sont parvenus à extraire les cellules immunitaires du poumon de porc en dissociant le tissu pulmonaire avec des enzymes. Ils les ont ensuite identifiées avec des marqueurs fluorescents de différentes « couleurs ». Selon les marqueurs qui se fixent sur une cellule, cette dernière a des couleurs différentes, caractéristiques de ses protéines.

Enfin, les fonctions spécifiques de ces cellules ont été étudiées in vitro. Les chercheurs ont, entre autres, mesuré leur capacité à présenter des fragments de pathogènes aux lymphocytes ou encore à induire une inflammation.

De nouvelles populations de cellules identifiées dans le système immunitaire porcin

Les chercheurs ont identifié 6 populations de cellules immunitaires dans le poumon de porc. Ils ont pu associer cinq d’entre elles à leur équivalent chez la souris et l’Homme : les macrophages alvéolaires, les macrophages tissulaires, deux types de cellules dendritiques « classiques » et un type de cellules dendritiques particulier. Ces dernières semblent avoir un rôle inflammatoire, et donc potentiellement néfaste lors d’une infection par la grippe. En effet, chez la souris, il a été montré que si on réduisait le nombre de ces cellules, la mortalité due à la grippe était réduite. Mais cela reste à démontrer chez d’autres espèces comme le porc ou l’Homme.

Enfin, une dernière population de macrophages a été identifiée dans le tissu pulmonaire. Très semblable aux macrophages alvéolaires, elle n’a jamais été mise en évidence dans le système immunitaire respiratoire de la souris ou de l’Homme. De façon surprenante, ces cellules ont une activité inflammatoire in vitro en présence du virus. Elles pourraient donc également jouer un rôle capital pendant une infection respiratoire.

Des portes ouvertes pour la recherche sur les maladies respiratoires

Les techniques développées par les chercheurs ont permis d’étudier plus précisément le rôle des cellules dendritiques et macrophages du poumon porcin. Leurs travaux ont mis en évidence une population de macrophages encore jamais identifiés chez la souris ou l’Homme. Leur poursuite devrait aboutir à une meilleure compréhension de l’inflammation et de la réponse immunitaire pulmonaire. Ils ouvrent de nouveaux champs de recherche pour étudier les maladies respiratoires à la fois chez l’Homme et l’animal.

Ces recherches ont bénéficié d’un financement de la Fondation du Souffle et du Fonds de Dotation Recherche en Santé Respiratoire.

Voir aussi

Ma thèse en 180 secondes

Pauline Maisonnasse, rédactrice de cette actualité, est lauréate de l’édition 2016 du concours régional : « Ma thèse en 180 secondes ». Les candidats disposent de 3 minutes pour présenter oralement leurs recherches, avec une seule diapositive et sans note. Ce concours de communication scientifique est organisé nationalement par la Conférence des Présidents d’Universités et le CNRS.

Pauline a remporté le « prix du jury » ainsi que le « prix du public » pour l’Université Paris-Saclay. Elle est titulaire d’un doctorat en immunologie délivré par l’Ecole doctorale Agriculture, Alimentation, Biologie, Environnement et Santé (ABIES) de l’Université Paris-Saclay. Ses recherches, réalisées à l’unité Virologie et Immunologie Moléculaires, s’intitulent : Identification phénotypique et fonctionnelle des cellules dendritiques et macrophages pulmonaires porcins à l’état basal et lors d’infections Influenza.

Voir la vidéo

Reportage : Rencontre avec Pauline Maisonnasse

PUBLICATIONS

The respiratory DC/Macrophage network at steady-state and upon Influenza infection in the swine biomedical model. P Maisonnasse, E Bouguyon, G Piton, A Ezquerra, C Urien, C Deloizy , M Bourge, J-J Leplat, G Simon, C Chevalier, S Vincent-Naulleau, E Crisci, M Montoya, I Schwartz-Cornil, N Bertho. Mucosal Immunol. 2016; 9(4)835-849
Pig skin includes DC subsets transcriptomically related to human CD1a and CD14 dendritic cells presenting different migrating behaviors and T cell activation capacities. Marquet F, Vu Manh T*, Maisonnasse P*, El Mouzy J, Urien C, Bouguyon E, Bourge M, Simon G, Bonneau M, Dalod M, Scwhartz-Cornil I, Bertho N. J Immunol. 2014 Dec; 193(12):5883-5893. * Co-2ème auteurs

A new adjuvant combined with inactivated influenza enhances specific CD8 T cell response in mice and decreases symptoms in swine upon challenge. E Bouguyon, E Goncalves, A Shevtsov, P Maisonnasse, S Remyga, O Goryushev, S Deville, N Bertho, J Ben Arous. Viral Immunol. 2015 Oct; 28(9)524-531