En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal UVSQ

Virologie et Immunologie Moléculaires

Unité de Virologie et Immunologie Moléculaires

Le virus de la bursite infectieuse radiographié sous tous ses angles

25 mars 2005

Le virus de la bursite infectieuse radiographié sous tous ses angles
Une collaboration Inra/CNRS a permis de déterminer la structure tridimensionnelle de la protéine de capside du virus de la bursite infectieuse aviaire (IBDV), maladie à forte incidence économique. Ces résultats ouvrent la voie à une production plus rapide et plus efficace de vaccins pour lutter contre ce virus aux multiples souches mutantes.

La bursite infectieuse aviaire (IBDV) ou maladie de Gumboro présente une forte incidence économique dans la filière aviaire française et mondiale. L’agent causal est un birnavirus, virus à ARN double brin, qui provoque chez les poulets de 3 à 5 semaines de l’anorexie, de la diarrhée, des tremblements et qui peut causer de 20 à 30 % de mortalité dans les élevages touchés. De part les lésions induites sur la bourse de Fabricius, les poulets survivants peuvent présenter une forte immunodépression qui favorise des atteintes infectieuses, notamment respiratoires et digestives.

Les vaccins disponibles ne sont pas toujours efficaces car l’épidémiologie récente de l’IBDV est marquée par l’émergence régulière de souches virales capables de se multiplier chez des animaux vaccinés. Certaines de ces souches peuvent être des variants non reconnus par les anticorps générés par la vaccination, reflétant ainsi une dérive antigénique du virus. D’autres représentent des variants dits "hypervirulents" possédant la même signature antigénique que les vaccins utilisés mais capables de se multiplier très rapidement dans l’animal vacciné. La caractérisation moléculaire des isolats de terrain par séquençage de leur génôme a permis d’identifier un domaine d’environ 100 acides aminés de la protéine de capside (protéine VP2) assoçié à la virulence et à la dérive antigénique du virus. Toutefois, ces résultats ne permettaient pas d’élucider les bases moléculaires de l’antigénicité du virus et de comprendre comment un virus était ou non neutralisé par un anticorps.

L’Unité de Virologie et Immunologie Moléculaires de l’Inra de Jouy-en-Josas cherche donc à caractériser depuis plusieurs années certaines étapes clefs du cycle viral de l’IBDV (système réplicatif, morphogenèse et entrée dans la cellule cible) afin de mieux comprendre la pathogénicité du virus et ses interactions avec l’hôte. Pour répondre à ces questions, la détermination de la structure atomique de la protéine VP2 représentait un de ses objectifs. Elle devait nous permettre d’identifier à la fois les quelques acides aminés impliqués dans la virulence, mais aussi les résidus assoçiés à la reconnaissance de la cellule à infecter et/ou cibles des anticorps neutralisants le virus. Ainsi, ces travaux, couplés à l’ensemble des informations sur les séquences des souches vaccinales ou des isolats de terrain, devaient permettre de comprendre la dérive antigénique du virus afin d’élaborer de façon rationnelle des souches vaccinales plus adaptées aux souches circulantes du moment.

Dans cette optique, les chercheurs de l’Unité ont collaboré avec l’UMR de Virologie Moléculaire et Structurale du CNRS/Inra de Gif-sur-Yvette pour utiliser la radiocristallographie dans la détermination de structure tridimensionnelle de la protéine de capside virale VP2. Les dernières avancées ont permis de déterminer les structure tertiaires de sous-particules virales de VP2 et de particules virales complètes de l’IBDV à respectivement 3 et 7 Å de résolution. Sur un plan plus fondamental, les résultats obtenus montrent que la capside virale de ces virus à ARN double brin n’est constituée que d’une protéine de capside, qui possède une structure très apparentée à la protéine de capside de virus à ARN de polarité positive (les nodavirus, famille méconnue de virus infectant principalement des insectes) et à la protéine de capside de virus à ARN double brin plus complexes (les réoviridae comme le virus de la fièvre catharrale du mouton ou le rotavirus).

Mais ces travaux ont aussi apporté leur lot d’informations sur l’antigénicité et la virulence du virus. Ils ont montré que l’utilisation par les souches hypervirulentes d’un récepteur alternatif à la surface des lymphocytes est associé à deux acides aminés situés aux sommets des spicules de VP2. Ces résidus critiques sont entourés par une couronne d’acides aminés impliqués dans la dérive antigénique du virus. Ainsi, seuls quelques résidus sur les 440 de VP2 semblent contrôler ce mécanisme de fuite de la réponse immunitaire.

Ces résultats permettent donc la production de façon rationnelle d’antigène VP2 vaccinant capable d’induire une réponse immunitaire adéquate pour protéger efficacement des souches circulantes sur le terrain. Ces antigènes pourront être produits soient à partir de virus IBDV recombinants vaccinants vivants, mais aussi sous forme particulaires comme des sous-particules virales de VP2 ou alors exprimée par un vecteur réplicatif de type adénovirus ou herpèsvirus.

Partenaires

Collaboration entre l’Unité de Virologie et Immunologie Moléculaire, UR 892 INRA (Jouy-en-Josas) et le Laboratoire de Virologie Moléculaire et Structurale, UMR 2472/1157 CNRS-INRA (Gif-sur-Yvette).

Publication

Fasséli Coulibaly, Christophe Chevalier, Irina Gutsche, Joan Pous, Jorge Navaza, Stéphane Bressanelli, Bernard Delmas and Félix A. Rey. 2005. The birnavirus crystal structure reveals new structural relationships among icosahedral viruses. Cell 120, 761-772.